Exemples de voiries et réseaux

Constructeur Voirie et Réseaux Divers

Le constructeur en Voirie et Réseaux Divers (VRD) intervient pour des aménagements urbains ou de loisirs : voies piétonnes, voies cyclables, trottoirs, places, aires de jeux, terrains de sport, etc., et pour des réseaux enterrés : assainissement des voiries, acheminement d’eau potable, pose de conduite de gaz, téléphone…. Son activité principale consiste à réaliser la pose de différents types de réseaux puis de revêtement de sol, en participant à tout ou partie des tâches d'un chantier (signalisation, implantation, conduites d'engins, pose de bordures et de pavés, réalisation de petite maçonnerie, pose de réseaux divers, etc.)

Traitement des eaux usées en isère

Contact

Ecrire un message

Canalisation Adduction

Il s'agit de tous les conduits, des
canalisations et autres adductions qui font
qu'une maison est habitable et viable.

Assainissement Collectif

Pris en charge intégralement par la collectivité
la commune, ou l'établissement public de
coopération intercommunale EPCI.

Assainissement Non Collectif

Non pris en charge par la collectivité, la commune a néanmoins l'obligation d'en exercer le contrôle.

Votre première étape

Voiries-Réseaux Divers

Vous avez trouvé un terrain, vous souhaitez l'acheter et y faire construire votre maison. Attention, les VRD pour Voiries-Réseaux Divers sont les grandes inconnues lors de l'achat d'un terrain.

Les VRD recouvrent tous les travaux qui vont permettre à votre maison de s'intégrer dans le réseau voisin d'électricité, égouts, eau, téléphone, eaux usées, etc.

En bref, pour les réseaux divers, il s'agit de tous les conduits, des canalisations et autres adductions qui font qu'une maison est habitable et viable, selon tous les critères modernes de confort. Les travaux de voirie concernent les aménagements de circulation obligatoires.

Les VRD sont une étape obligatoire dans la construction d'un logement infividuel neuf. Si vous pensez pouvoir fort bien vous passer d'électricité ou de téléphone, vous ne pourrez rejeter vos eaux usées dans la nature...

Selon la proximité ou l'éloignement des points de raccordement des divers réseaux (téléphone, eau, EDF, gaz, etc), les travaux de raccordement, seront plus ou moins onéreux.

Les Romains en plus d'être de grands bâtisseurs de voies routières ont été les premiers à amener les réseaux d'approvisionnement et d'évacuation des eaux à un tel niveau de sophistication.

Dans nos études de réalisation de tels travaux, nous gardons toujours à l'esprit le confort et la santé des usagers, la fiabilité des installations et leur pérennité.

Cela se traduit dans le choix des matériaux, des techniques de pose et d'assemblage.

Dispositif d’assainissement non collectif

L’acquisition d’un dispositif d’assainissement non collectif est un véritable investissement pour la sécurité et le confort de votre entourage, et la protection de l’environnement.

En effet, le traitement des eaux usées de la maison doit prévenir plusieurs types de risques : sanitaire (contaminations virales, bactériennes et parasitaires suite à un contact avec des eaux polluées) et environnementale (contamination des sols et des nappes phréatiques mais aussi eutrophisation des cours d’eau, limitation du volume de boues).

Distinction établie par l'article L.2224-8 du code général des collectivités territoriales, concernant l'épuration des eaux usées domestiques. L'assainissement collectif est celui qui est pris en charge intégralement par la collectivité (la commune, ou l'établissement public de coopération intercommunale - EPCI - auquel elle a délégué cette compétence): collecte, transport, traitement, rejet dans le milieu naturel des eaux traitées, et élimination des sous-produits.

L'assainissement non-collectif est celui qui ne bénéficie pas de cette prise en charge. La commune a néanmoins l'obligation d'en exercer le contrôle (contrôle de conception, d'exécution, de bon fonctionnement, de bon entretien) et peut, si elle le souhaite, en prendre en charge l'entretien.

L'article L.2224-10 impose aux communes de définir, sur l'ensemble de leur territoire, les zones qui relèveront de l'assainissement collectif ou non-collectif.

Il n'y a pas de technique d'assainissement non-collectif à proprement parler, puisqu'il s'agit d'une notion réglementaire, et non technique. Cependant, pour l'épuration des eaux usées d'une habitation individuelle (quelques habitants), il existe des techniques spécifiques, que l'on qualifiera d'assainissement individuel, ou autonome. Ces techniques font exclusivement appel à des filières biologiques.

Fosse toutes eaux

La fosse toutes eaux a pour objet de faire décanter les matières solides et les hydrolyser (liquéfier) par fermentation sous l'action des bactéries anaérobies naturellement présentes dans les effluents. Ce travail demande plusieurs semaines à plusieurs mois de séjour pour les matières fécales et déchets de cuisine, la capacité de la cuve doit donc être calculée en conséquence.

Fosse septique

Les fosses septiques étant conçues initialement pour ne recevoir que les eaux vannes, elles doivent obligatoirement être munies d'un bac dégraisseur, s'il est prévu de les transformer en fosse toutes eaux puisqu'elles ne sont pas habilitées à prétraiter les eaux grasses. Ce bac doit être d'un volume minimal de 200 litres s'il reçoit seulement les eaux de cuisine et de 500 litres s'il reçoit les eaux de la cuisine accompagnées des eaux de salle de bain. Les fosses toutes eaux en revanche sont munies d'une paroi siphoïde assurant la fonction de dégraissage.

Bac dégraisseur

Dans les cas où la fosse toutes eaux serait éloignée de l'habitation (plus de 10 mètres) il est alors recommandé d'installer tout de même un bac dégraisseur, juste après le regard de collecte des eaux usées. Cela permet de se prémunir contre tout risque de colmatage des canalisations par les graisses.

Le rejet direct des eaux sortant de la fosse toutes eaux dans un puits est évidemment rigoureusement interdit en raison de la pollution. Mais le rejet à l'égout également (article L. 1331-5 du code de la santé publique), puisque la fermentation ayant commencé, elle s'étendrait rapidement à tout le réseau d'assainissement (odeurs, corrosion).

Filtration membranaire

Il existe aussi un système de traitement innovant qui associe deux techniques : la filtration membranaire et le traitement biologique enzymo-bactériens. Ce système permet de s'affranchir des filtres à sable et autres épandages et permet de réutiliser 100 % des eaux traitées, ce système est appelé bio-réacteur à membrane.

Récupération d'eaux de pluie

L'installation d'une cuve de récupération d'eaux de pluie est une alternative intéressante aux puits, devenus rares aujourd’hui.

La qualité de l'eau de pluie issue d'une citerne est généralement plus sûre que celle provenant de la nappe phréatique sous votre logement. L'eau de pluie est idéale pour l'arrosage et plus encore ... Vous pouvez par exemple ré utiliser cette eau dans vos WC…

De plus l'installation d'une telle cuve est une opération « civique » dans la mesure où elle fera office de rétention d'eau pendant les gros orages et participera à la limitation des inondations.

Si les citernes d'eau de pluie sont devenues obligatoires pour les constructions neuves en Belgique, la technique est encore confidentielle en France... il faut dire que cela représente un manque à gagner pour les agences de distribution de l'eau (qui sont des sociétés puissantes, devenues pour certaines des multinationales) ainsi que pour les sociétés de traitement de l'eau (qui sont souvent les mêmes).

Nous réalisons tous travaux de maçonnerie en voiries, réseaux d'eaux, épuration, récupération d'eaux de pluie dans tout le département de l'isère et notamment à Tullins, Beaucroissant, Moirans, Saint jean de Moirans, Voiron, Rives, Saint Etienne de Saint Geoirs, Izeaux, Voreppe, La côte Saint André.

Cuve de récupération des eaux pluies